Saint-Michel-de-la-Durantaye

Saint-Michel et Saint-Vallier ont en commun d’être issues d’une même seigneurie, La Durantaye, et d’une même paroisse, Saint-Laurent-de-la-Durantaye (1693) devenue plus tard Saint-Michel-de-la-Durantaye.

 

Le siège de la paroisse était à l’est (Saint-Vallier) où le seigneur Olivier Morel-de-la-Durantaye avait ses quartiers et où il est inhumé. Cependant, érigée dans le bas de la paroisse, à l’est de la rivière Boyer, la petite chapelle dédiée à Sainte-Anne en 1702 est difficilement accessible à ceux qui vivent à l’ouest de la rivière, aujourd’hui Saint-Michel.

Aussi, en 1714, l’évêque décide de scinder le territoire de la paroisse, Saint-Philippe et Saint-Jacques à l’est, puis Saint-Michel-de-la-Durantaye à l’ouest. Les habitants de Saint-Michel avaient déjà bâti en 1712 une chapelle à l’ouest de la rivière, et un presbytère trois ans plus tard.

En 1736, sur ce site même, au cœur du village actuel de Saint-Michel, une église ouvre ses portes, pour remplacer la chapelle en pierre devenue trop petite. Un nouveau presbytère est également construit en 1739 et maintes fois agrandi.

En 1759 l’église fut saccagée par les Highlanders au cours d’une opération militaire; elle sera réparée dans les années qui suivront la Conquête. Le feu, la foudre et l’usure du temps feront en sorte que l’église actuelle est considérée comme la cinquième église du lieu. Elle est classée « B » par le Conseil du patrimoine religieux du Québec. L’Église fait partie d’un Site du patrimoine cité par la municipalité.

La population de Saint-Michel avoisine les 1900 personnes en 2017.

Restez branchés

Tous les vendredis à 9 h,
les nouveaux articles publiés sur sbdb.ca,
directement dans votre boîte courriel.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !